Vous avez sans doute remarqué mon goût immodéré pour les titres rigolos. J'avoue que ce n'est pas toujours de bon goût, voire, de temps en temps franchement avarié. Mais, tu te demandes à nouveau et à raison, Louison, où je vais chercher tout ça ? Et bien, c'est pas ma faute, c'est à cause de mes mauvaises fréquentations.

En premier lieu, celle de mon magazine préféré (ainsi que de mon fils), j'ai nommé le fabuleux bimestriel Canard PC. Et oui, parmi la multitude de passions qui me traversent, celle du jeu vidéo est l'une des rares à ne pas m'avoir quitté depuis mon enfance (à l'époque, on venait de dépasser le stade du jeu de pong, avec des perles telles qu'Elite). Bref, ces journalistes à l'humour glacial et sophistiqué, à la plume féroce et à l'intelligence supérieure (comme tous les gamers, n'en suis-je pas la preuve ?) ont un talent hors pair pour les titres drolatiques. Mais, tu te demandes encore Hector (et tu n'as pas tort), où ils vont chercher tout ça ? Et bien, c'est pas leur faute, c'est à cause de leurs mauvaises fréquentations.

Car voyez-vous, en lisant ce Canard-là, on sent évidemment l'influence d'un autre Canard, encore plus déchaîné, celui-là. Pour mes nombreux (bien que futurs) lecteurs d'outre-Atlantique, d'outre-Quiévrain, d'outre-Haute et basse-Savoie et Doubs (z'êtes marrant vous, comment on dit pour la Suisse ?) et ainsi que d'outre-tombe et autres formations géologiques, je me vois dans l'obligation de préciser qu'il s'agit du célèbre journal satyrique français le Canard Enchaîné. Tout cela est bel et beau, me diras-tu, Lulu. Mais eux, où vont-ils chercher tout ça ? Et bien, c'est pas leur faute, c'est à cause de leurs mauvaises fréquentations.

Car figurez-vous que les journalistes du Canard Enchaîné fréquentent un fameux blog à l'odeur suavement satyrique. Car, contrairement à ce que vous croyez, pétris de stéréotypes que vous êtes, les journalistes du Canard Enchaîné sont de véritables Geeks, à la pipe de bruyère et au tricot de corps en poils de Lama. Et oui, non seulement ils sont capables de discerner une souris d'un mulot, mais en plus ils se ressourcent sur les perles de la blogosphère. Et puisque je ne suis pas (que) sadique, je vous donne enfin la réponse à cette brûlante question (mais où va-t-il etc..., pour mes lecteurs poissons rouges) : les journalistes du Canard Enchaîné fréquentent assidûment le célébrissime blog Yabac.net.

Etonnnnnant, non ?