Le pain perdu, c'est une recette que tout le monde connaît, ou presque. Je ne vais pas vous infliger une nième recette, le web en fourmille, bien qu'il faille trier parmi les impostures. Mais comme chez Yabac, on ne recule devant aucun sacrifice pour votre culture, je m'en vais partager une vidéo faite à l'époque pour ma belle sœur et mon beau frère (appelons-les Aline et Olivier, pour préserver leur anonymat car ils ont horreur des paparazzi). J'espère qu'ils ne m'en voudront pas de livrer sur la place publique ce petit cadeau privé.

Pain sec ou pain frais ?

Le pain perdu, ça se fait avec du pain sec. C'est même sa raison d'être. Si vous n'en n'avez pas, attendez donc d'en avoir, car le pain, c'est précieux. Si vraiment vous n'en avez jamais (par exemple parce que vous mangez votre pain dur), vous pouvez exceptionnellement utiliser du pain frais. Mais si votre pain est vraiment frais, a fortiori s'il s'agit d'un pain à mie très légère (par exemple du pain de mie), ne trempez pas ou peu le pain dans le lait : le lait, dans le pain perdu, c'est fait pour ramollir le pain. Si vous le détrempez, il va partir en morceaux. D'ailleurs, ne laissez pas le pain tremper dans le lait trop longtemps, il doit juste s'être imbibé avant de passer dans l’œuf. A contrario, si votre pain est trop sec, vous ne parviendrez pas à le couper (sauf si c'est un pain tranché, René). Bref, un pain ou une baguette de 2 ou 3 jours, c'est bien.

L'art de la variation

Comme vous le verrez dans la vidéo, vous pouvez varier les ingrédients, du sucré et du salé. C'est ça qui est chouette avec le pain perdu. N'hésitez pas à partager vos variations dans les commentaires.

Voici donc cette vidéo entièrement tournée à la main avec les produits du placard, des voix de casseroles, produite sur un magnétophone à bandes et avec un authentique gaffophone.